La parole faussée, déformée, dérobée

La parole faussée, déformée, dérobée

Parler avec une personne perverse, ou manipulatrice, peut conduire très vite à douter de sa mémoire et de sa santé mentale. Comment retrouver sa parole ?

Le prince des mots tordus

S’il y a bien quelque chose de déroutant c’est la parole d’une personne narcissique ou manipulatrice. Tout ce que cette personne dit est déformé ou présenté d’une manière particulière. Certaines informations sont volontairement omises ou faussées. Si bien qu’on ne sait plus à quel saint se vouer, si notre mémoire nous joue des tours ou non, si nos perceptions sont justes. Cette parole faussée, c’est ce qu’on appelle parfois le gaslighting.

Dans mon expérience, il y avait aussi l’utilisation de certains mots selon des définitions qui lui étaient propres (et pas celles du dictionnaire). Comme je maniais la langue mieux que lui, c’était sa manière d’affirmer une prétendue supériorité pour masquer ses manques. Un vrai prince des mot tordus.

Dire des bêtises mais avec grande assurance

Il y a aussi l’aplomb incroyable dont la personne perverse peut faire preuve en parlant de sujets qu’elle ne connaît pas bien comme si elle en était experte. Évidemment, elle s’assure en général avant que vous ne vous y connaissiez pas mieux qu’elle sur ce thème. C’est un phénomène dont je ne me suis pas rendue compte tout de suite pour ma part. En effet, mon compagnon était plus âgé et a priori plus « sachant ». Ce n’est que lorsque je l’ai entendu parler de sujets que je connaissais mieux que lui, et dire des bêtises avec la même conviction que d’habitude que j’ai commencé à remettre en cause la véracité de ses dires.

Et puis il y a la parole dérobée ou déformée. Celle que l’autre met dans votre bouche alors que vous ne l’avez jamais prononcée. Avec l’aplomb habituel qui fait douter, a minima de sa mémoire, et à terme de sa santé mentale.

Ma réponse à ce vol

Ma réponse à cette parole faussée, dérobée, ça a été le silence. Un silence sidéré, un silence épais de tout le non-dit, un silence qui me faisait crier à l’intérieur.

Et quand j’ai compris l’emprise, j’ai suivi le conseil classique : en dire le moins possible pour ne pas donner de prise. Pour quelqu’un qui met l’intégrité et l’honnêteté au premier plan de ses valeurs, cela n’a pas été simple. Mais garder pour moi mes sentiments, mes intentions, éviter de me mettre à découvert a été le seul moyen de m’en sortir. J’ai mis de longs mois à arriver à ne plus donner prise. Et des années à ne plus réagir à ses mensonges, ses omissions, ses manipulations par une poussée de stress (puisque le « no contact » n’était pas possible).

Aujourd’hui, je fais beaucoup moins attention à ce que je dis ou non, car je ne suis plus sensible à l’emprise. Et j’ai des espaces bienveillants où je peux parler en vérité. Avec des personnes qui ne vont pas déformer ou délégitimer mes dires.

D’autres réponses possibles

En plus d’en dire le moins possible, mieux vaut s’en tenir uniquement aux faits objectifs. Mieux vaut éviter toute interprétation ou sentiment quand on parle à une personne perverse.

Autre outil : ne plus se justifier, ne pas tenter d’avoir raison. Se dire que ce que dit l’autre ne m’appartient pas, c’est tout. Renvoyer l’autre à lui-même.

Mieux vaut aussi n’avoir qu’une parole, qu’une version d’une histoire : celle qu’on peut dire à la fois à tout le monde et en privé, une seule version des faits dont on a été témoin.

Enfin commencer à reprendre la parole et à se refaire confiance avec des personnes bien choisies, avec lesquelles la compréhension est immédiate et la bienveillance absolue.

  • S’entourer de personnes à l’écoute, avec lesquelles on peut s’exprimer en vérité et sans crainte d’être jugée. Sans crainte de voir sa parole dérobée ou déformée. Cela permet un entraînement à une prise de parole vraie.
  • Idéalement, il faut avoir aussi des personnes autour de soi qui vont tendre le miroir pour refléter la cohérence de notre parole. C’est le miroir de ces proches qui permet de mieux prendre appui sur notre petite voix intérieure.

Cadeau : une méditation guidée pour vous dire enfin Oui à vous-même

Traitement en cours…
Terminé ! Vous figurez dans la liste.

One thought on “La parole faussée, déformée, dérobée

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :
Ce site utilise des cookies afin d'améliorer et personnaliser votre expérience utilisateur.  Il peut aussi inclure des cookies de tierces parties comme Google Analytics ou Youtube. En utilisant ce site, vous consentez à l'utilisation de ces cookies. Cliquez SVP sur le bouton pour lire notre politique de confidentialité.