Pourquoi fixer des limites ?

Pourquoi fixer des limites ?

Se fixer des limites sur les plans physique, matériel et émotionnel et les respecter, c’est s’assurer une bonne estime de soi et d’arrêter de se faire marcher sur les pieds et vider de son énergie.

Quand on éduque un enfant, on lui donne des limites qui servent à la fois à la rassurer et à assurer un cadre de bien vivre ensemble. Adulte, on a intégré normalement un certain nombre de limites collectives comme la politesse ou le respect des lois du pays où on réside. Mais très souvent on oublie nos limites personnelles. Et c’est d’autant plus vrai si on a été victime d’un abus narcissique.

Ces limites sont celles que l’on doit fixer pour nous-mêmes afin de ne pas finir nos journées, nos semaines complètement vidées de notre énergie vitale. Elles concernent notre partenaire amoureux, nos enfants mais aussi nos collègues de travail, notre hiérarchie, et nos amis. On a toutes eu un jour un(e) voisin(e) ou un(e) ami(e) qui débarquait régulièrement à l’heure du dîner et qu’on n’osait pas chasser. Ou un(e) collègue qui nous refilait une patate chaude sans qu’on lui dise de se débrouiller tout seul. Ou bien, pire, nous ne respectons pas nos limites physiques en nous couchant systématiquement trop tard. Vous les cernez mieux ces limites ?

À quoi servent les limites ?

Fixer ses limites, c’est, en gros, gérer ses relations, à soi comme aux autres. Les limites protègent tout ce qui est important pour vous :

  • votre énergie
  • votre temps
  • vos objectifs
  • vos santés physique et mentale
  • votre argent
  • votre respect de vous-même
  • vos rêves

Les limites sont là pour garantir votre intégrité, que vous restiez vous-même. Ce sont donc des outils incontournables pour éviter les abus psychologiques, le harcèlement moral (au travail notamment), et pour maintenir une bonne estime de soi. Sans limites claires, nous négligeons qui nous sommes, ce que nous voulons et ce que nous pouvons devenir.

Des limites claires et des limites non négociables

Il y a un âge où l’enfant va tester les limites qu’on lui donne. Il va les enfreindre pour voir quelle réaction cela suscite. Et si on le laisse les enfreindre sans rien faire, ce ne seront plus des limites à terme. Pour ne pas avoir trop de conflits et d’infractions, souvent le parent négocie des aménagements de cette limite quand il sent que c’est nécessaire. Il y a ainsi la règle générale et l’exception (qui tient compte des situations de chacun, toujours changeantes).

Mais sur certains points, les limites sont non négociables. Par exemple, concernant la sécurité routière, j’ai toujours été inflexible. Et d’ailleurs mon fils n’a jamais essayé d’enfreindre ces limites. La douche du soir en revanche, il l’a souvent testée. L’idée des limites dans la parentalité, c’est de donner à l’enfant un cadre où s’épanouir en sécurité, où ses besoins sont satisfaits sans que ce soit au détriment de ceux des autres.

Pour vous c’est pareil : vos limites vous assurent un espace où vous pouvez être vous-même, où vos besoins seront satisfaits et qui sera le terreau pour déployer votre plein potentiel.

Les différents types de limites

Avant d’examiner ce qui est important pour nous et nos besoins afin de fixer nos propres limites, il est important de connaître les domaines où elles s’appliquent.

  • Les frontières physiques concernent votre espace personnel, votre corps, votre sexualité.
  • Les limites mentales sont celles qui garantissent que vous pourrez exprimer librement vos pensées et opinions.
  • Les limites matérielles déterminent ce que vous prêtez ou donnez aux autres sur le plan matériel. Livres, voiture, cartes de crédit, nourriture, etc.
  • Les limites spirituelles ont trait à votre lien avec ce qui est plus grand que nous, vos croyances, vos expériences dans ce domaine.

Ce qui se conçoit bien s’énonce clairement. Si une de vos limites, c’est de vous coucher tôt la semaine pour être en forme, il faut que vos proches le sachent afin de ne pas vous appeler ou solliciter trop tard. Une fois vos limites posées, il faudra les respecter. Et les faire respecter. Selon notre caractère, l’un sera souvent plus difficile que l’autre. Mais le respect des limites, c’est encore une autre histoire, qui fera l’objet d’autres articles.


Cadeau : une méditation guidée pour vous dire enfin Oui à vous-même

Traitement en cours…
Terminé ! Vous figurez dans la liste.

3 thoughts on “Pourquoi fixer des limites ?

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :
Ce site utilise des cookies afin d'améliorer et personnaliser votre expérience utilisateur.  Il peut aussi inclure des cookies de tierces parties comme Google Analytics ou Youtube. En utilisant ce site, vous consentez à l'utilisation de ces cookies. Cliquez SVP sur le bouton pour lire notre politique de confidentialité.