7 caractéristiques qui nous rendent plus vulnérables à l’abus narcissique

7 caractéristiques qui nous rendent plus vulnérables à l’abus narcissique

Voici les sensibilités émotionnelles, traits de caractère, propensions qui nous conduisent inconsciemment à l’abus narcissique. L’avantage de les connaître, c’est de pouvoir les modifier et ainsi changer nos schémas relationnels.

1. J’ai déjà souffert d’abus, ou j’en ai peur et je déteste les personnes abusives

Quand nous portons encore en nous la douleur d’un abus passé, nous sommes plus susceptibles d’attirer inconsciemment des personnes familières à nos schémas relationnels. L’abus dont nous avons été victime devient la version de l’attachement qui crée les sentiments les plus chargés en nous, les plus intenses. Il ouvre ainsi un chemin des relations amoureuses ou amicales particulier qui devient une part de notre programme interne.

2. Je trouve difficile de parler, de m’affirmer, de créer des limites personnelles fortes

J’ai du mal à m’affirmer, à parler avec assertivité. J’ai peur, plus ou moins consciemment du rejet, de l’abandon, de la critique. Toutes ces caractéristiques me dépossèdent de mon pouvoir personnel. Au lieu de le garder, je le donne à l’autre. Je vais préférer aller dans le sens de l’autre, même quand il me paraît pas complètement net, même quand je ne suis pas d’accord avec lui. Ce faisant, je m’abandonne moi-même. Et j’ouvre ainsi une voie royale aux personnes narcissiques pour piétiner mes limites personnelles et pour exercer leur emprise psychologique.

3. Mon niveau d’intégrité personnelle est très élevé et je ne comprends pas quand on le met en doute

Est-ce que ma valeur personnelle est dictée par ce que les autres pensent de moi ? Ou bien par ce que je pense de moi-même ? Dans le premier cas, je suis bonne pour des relations difficiles. Surtout avec une personne narcissique qui m’accusera de choses que je ne pourrais même pas imaginer faire ou bien penser. Je risque alors de passer mon temps à essayer de modifier ses pensées sur moi. Le but inconscient de cette démarche vouée à l’échec ? Me faire me sentir alignée à nouveau avec mon intégrité. Ce manque d’estime de soi me rend directement vulnérable à des abus répétés.

4. Je travaille dur pour garder une sécurité affective ou matérielle, y compris en nettoyant les dégâts de ceux qui menacent cette sécurité

Je prends la responsabilité financière ou matérielle des personnes qui refusent d’assumer leurs responsabilités. J’agis ainsi comme quelqu’un qui donne à boire l’eau de sa source alors que sa propre coupe n’est plus remplie. Je finis logiquement vidée de mon énergie et mes ressources. Les personnes narcissiques s’attachent à des personnes pleines de ressources (matérielles et/ou émotionnelles), du moins au début, afin de les détourner à leur profit.

Autre scénario proche : inconsciemment, je pense que les autres ne vont m’aimer et prendre soin de moi que si je prends soin d’eux d’abord. Dans ce cas, cela signifie que je n’ai pas identifié mes besoins (je ne sais peut-être même pas que tous les humains ont des besoins fondamentaux, notamment d’amour et de soins). Je n’ai donc jamais pensé à demander ce que je voulais ou à créer des frontières personnelles. Bilan : j’ai une très haute tolérance aux mauvais comportements et une propension inouïe à prendre soin de l’autre de manière à rester en sécurité. Et je deviens donc la proie idéale pour un narcissique.

5. Je pense que je dois mériter d’être aimée

Être généreuse à l’excès, prendre sur soi le fardeau des autres, donner et encore donner, faire tout ce qu’on pense devoir faire pour être aimable et aimée est la meilleure recette pour attirer les narcissiques comme un aimant. En effet, le scénario préféré des narcissiques c’est : « tout tourne autour de moi à tes dépens ».

6. Je suis très dure envers moi-même, jamais contente de ce que j’accomplis

Nous croyons parfois que si nous traitons bien les autres, alors, en retour, ceux-ci vont bien prendre soin de nous aussi. Cette hypothèse est complètement fausse. Les autres vont en réalité se comporter avec nous d’une manière qui reflète celle dont nous nous comportons avec nous-mêmes. Autrement dit, si je me traite bien, l’autre me traitera bien aussi. À l’inverse, si je laisse mon critique intérieur se déchaîner, si je ne suis jamais satisfaite de ce que je fais, alors j’attire à moi des personnes pour lesquelles je ne serai jamais assez bien.

7. J’ai tendance à vouloir résoudre les problèmes des autres plutôt que de gérer mes émotions inconfortables

Je n’ai pas appris à prendre soin de moi, à me réconforter toute seule, à guérir mes blessures émotionnelles. Conséquence : je peux avoir tendance à me tourner vers l’extérieur pour trouver du répit à mon tourment intérieur. Mais en essayant de résoudre les problèmes des autres à leur place, je suis dans une forme de contrôle des autres afin de fuir des émotions hors contrôle. Et je deviens ainsi bien plus vulnérable au fait d’être contrôlée par les autres. En donnant de l’attention aux autres, à l’extérieur, je supprime mon pouvoir intérieur. En effet, où je place mon attention réside mon pouvoir. Et si la personne à qui j’abandonne mon pouvoir est maladivement narcissique, je sortirai d’autant plus impuissante de la relation.

Le pouvoir du narcissisme sain

Vous vous reconnaissez dans plusieurs de ces traits ? Vous n’êtes pas la seule et ce n’est pas « mal ». Personnellement, à un moment de ma vie, je cochais presque toutes les cases. Mais j’ai appris à me définir par moi-même, à me libérer de ces croyances limitantes, à parler de manière assertive, à faire taire mon critique intérieur en célébrant chacun de mes pas et succès, etc. Je me suis reconnectée à mon corps, à mes sensations, à mes pensées, à ma petite voix intérieure qui sait si bien m’alerter en cas de danger. Et je sais aujourd’hui que donner, me donner, servir l’autre n’est possible que si mes besoins sont satisfaits, que si je pense aussi à remplir ma coupe intérieure.
C’est du narcissisme sain : penser d’abord à soi pour pouvoir aider l’autre. Se respecter d’abord soi pour être respectée de l’autre. Et le narcissisme sain est la meilleure arme contre le narcissisme toxique. Vous aussi, vous pouvez vous créer ou récupérer cette arme.


Cadeau : une méditation guidée pour vous dire enfin Oui à vous-même

Traitement en cours…
Terminé ! Vous figurez dans la liste.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :
Ce site utilise des cookies afin d'améliorer et personnaliser votre expérience utilisateur.  Il peut aussi inclure des cookies de tierces parties comme Google Analytics ou Youtube. En utilisant ce site, vous consentez à l'utilisation de ces cookies. Cliquez SVP sur le bouton pour lire notre politique de confidentialité.