7 signes indiquant que vous êtes victime d’un abus narcissique

7 signes indiquant que vous êtes victime d’un abus narcissique

Les relations avec des personnes souffrant d’un trouble de la personnalité narcissique tournent soit très vite court, soit conduisent tout droit à l’abus narcissique. Voici 7 signes qui doivent vous alerter si vous les reconnaissez chez vous.

Tant que vous êtes parée de toutes les vertus ou que vous répondez à leurs demandes, vous recevez de l’attention et des compliments d’une personne souffrant d’un trouble de la personnalité narcissique. Et puis un jour, vous faites quelque chose qui lui déplaît et là les choses se gâtent : silence hostile, manipulation des faits, reproches, etc. Commence alors bien souvent une alternance de phases où tout va bien et de périodes troubles où vous ne savez plus que penser de l’autre et de la relation. Quand ce schéma devient chronique, et les périodes troubles plus longues et nombreuses, la relation peut conduire à l’abus narcissique.

Que ce soit avec un parent ou un partenaire amoureux, l’abus narcissique fait des dégâts psychologiques considérables. On peut parfois se dire que quelque chose cloche dans la relation mais tempérer, prendre sur soi une grande partie de la responsabilité, etc. Mais, à la fin, soit le corps craque avec des symptômes inexpliqués, soit c’est sa santé mentale qui prend un coup (anxiété, dépression, syndrome de stress post-traumatique).

Vous êtes incapable de réagir, sidérée

Il y a plusieurs manières de répondre à un conflit ou un abus. La fuite en est une, la confrontation, une autre. Dans le cas où ni l’une, ni l’autre ne sont possible, il reste la sidération. Vous restez figée, incapable de réagir.
Cette réaction se produit généralement lorsque vous vous sentez impuissante. Elle implique souvent une dissociation. Le fait de prendre une distance émotionnelle par rapport à la violence morale peut en effet contribuer à en réduire l’intensité. La douleur ressentie diminue, elle est comme engourdie et tous les ressentis avec. Ce mécanisme d’auto-défense, bien que naturel, a des conséquences graves sur la psyché.

Quand je relis mes carnets intimes de cette période de ma vie, cette dissociation et mise à distance de la douleur est très présente. Elle était presque consciente. J’avais même identifié correctement ce mécanisme d’auto-défense mais sans en évaluer les conséquences sur ma vie intérieure, ma créativité, ma joie de vivre.

Vous avez du mal à prendre des décisions

Être sans arrêt dévalorisée et/ou critiquée pendant des années peut conduire à une estime de soi proche de zéro et un gros manque de confiance en soi. Les abus narcissiques impliquent souvent que vous prenez (toujours) de mauvaises décisions et que vous ne pouvez (jamais) rien faire de bien.
Avec le temps, vous commencez à assimiler ces insultes et à les rattacher à la perception que vous avez de vous-même, vous remettant ainsi constamment en question.

Si quelqu’un vous manipule en vous faisant croire que vous avez imaginé des choses qui se sont réellement produites, vous pouvez aussi douter de votre perception des événements. Cette incertitude peut affecter votre capacité à prendre des décisions à long terme.

Et il faut du temps, même quand on s’éloigne de la personne toxique, pour retrouver une bonne estime et image de soi, et surtout confiance dans ses perceptions et jugements.

J’ai ainsi été longtemps persuadée que c’est moi qui avait un problème. J’ai cherché par tous les moyens à le résoudre tout en ne sachant pas vraiment à quelle branche me raccrocher. Et j’ai pris conscience après la séparation de mon manque abyssal d’estime de moi et de confiance en moi.

Vous avez toujours l’impression de mal faire

Une caractéristique clé du narcissisme extrême est l’incapacité d’assumer la responsabilité de tout acte négatif ou comportement nuisible.

Les partenaires abusifs trouvent généralement un moyen de faire porter le chapeau à l’autre. Par exemple, en insistant sur le fait qu’ils ont dit quelque chose dont vous n’avez aucun souvenir ou en se mettant tellement en colère que vous finissez par les apaiser en vous excusant et en admettant que vous aviez tort.

Ces explosions de colère rendent impuissant au point parfois d’être presque reconnaissant de pouvoir rester avec son partenaire alors qu’on fait tant d’erreurs. Et même après être sorti de la relation toxique, on peut garder le sentiment de ne rien faire correctement et avoir du mal à accepter qu’on est pas la cause des problèmes qui nous arrivent dans d’autres domaines de notre vie.

Vous souffrez de symptômes inexpliqués

La maltraitance psychologique déclenche souvent des sentiments d’anxiété et de nervosité qui se traduisent parfois par des symptômes physiques, comme :

  • une modification de l’appétit,
  • avoir mal au ventre ou des nausées,
  • des douleurs musculaires,
  • des insomnies,
  • de la fatigue.

Vous êtes sans cesse sur le qui-vive

La vie avec une personne souffrant de trouble de la personnalité narcissique peut souvent être imprévisible. Vous ne savez jamais si vous allez être critiquée ou accueillie par un cadeau.
En conséquence, vous restez sur ses gardes en permanence, vous préparant à ou essayant d’éviter les conflits. Une tension et une inquiétude sourdes vous imprègnent constamment. Vous ne savez plus vous détendre. Vous restez sur le qui-vive et pouvez même avoir peur de baisser la garde lorsque vous prenez conscience de la toxicité des agissements de votre partenaire.

Si vous ne savez pas ce que quelqu’un va faire ou dire à un moment donné, vous risquez ainsi de développer beaucoup de tensions intérieures. Les inquiétudes liées au flux constant de critiques et à la meilleure façon de gérer les comportements abusifs peuvent également vous laisser constamment sur les nerfs. Il peut même vous sembler dangereux de baisser votre garde.

Chez moi, cela s’est traduit physiquement par des tensions au niveau des épaules, des maux de tête, des insomnies, etc.

Vous présentez des signes de dépression ou d’anxiété

À la suite d’abus narcissiques, il est rare de ne pas développer soit de l’anxiété, soit une dépression (a minima légère).

Le stress extrême peut déclencher des sentiments persistants d’inquiétude, de nervosité et de peur, surtout lorsque vous ne savez jamais à quoi vous attendre de la part de votre partenaire.

Vous pouvez ainsi perdre progressivement de l’intérêt pour des choses qui vous apportaient de la joie. Et ne plus avoir la force de vous battre pour votre avenir, ou encore vous sentir sans intérêt ni valeur.

Il est possible aussi que vous vous sentiez responsable de l’abus. Par exemple, en croyant les accusations selon lesquelles vous ne vous souciez pas suffisamment d’eux ou bien en vous reprochant d’être tombé dans le panneau. L’un ou l’autre peut renforcer le sentiment d’inutilité et diminuer encore l’estime de soi.

Fatigue, larmes faciles, insomnies, sensibilité à fleur de peau, impatience, angoisses, désintérêt pour les activités qui vous passionnent normalement apparaissent avec l’anxiété, le stress extrême et la dépression. J’ai fini pour ma part avec une dépression légère, en larmes chez mon médecin, avec un arrêt maladie.

Vous avez du mal à faire respecter vos propres limites, ou, pire, vous ne les connaissez pas

Une personne souffrant d’un trouble de la personnalité narcissique est, par définition, incapable de voir l’autre comme une personne à part entière qui mérite le respect. Elle est incapable de respecter ses limites, et même de les voir. Les victimes de ce type de personnalité sont, en général, plutôt enclines à plaire, à vouloir faire plaisir, y compris à leur détriment. Au début d’une relation, vous avez pu essayer de fixer ou de faire respecter des limites. Mais l’autre les a contestées, ignorées complètement ou vous a infligé un silence hostile jusqu’à obtenir ce qu’il voulait. Et au final vous avez abandonné complètement vos limites, pour éviter les vagues.

Une fois que vous mettez fin à la relation ou que vous vous éloignez d’un parent narcissique, vous vous promettez de ne pas répondre à leurs appels et à leurs textes ou de ne plus les voir du tout. Mais les abuseurs vont tester ces limites à nouveau. Et cela aura lieu à un moment où vous serez fatiguée, stressée. Vous aurez donc du mal à ne pas retomber dans vos vieux schémas.

Si vous avez été victime d’un abus narcissique, vous pouvez également avoir du mal à établir des limites saines dans vos relations avec les autres. Au travail par exemple, où vous pouvez vous retrouver à dire oui à des demandes que vous devriez refuser par égard pour vous-même, ou vous faire marcher sur les pieds par vos collègues.

Établir ses limites personnelles et en devenir la farouche gardienne est une des clés de guérison les plus importantes pour les victimes d’abus narcissique.


Cadeau : une méditation guidée pour vous dire enfin Oui à vous-même

Traitement en cours…
Terminé ! Vous figurez dans la liste.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :
Ce site utilise des cookies afin d'améliorer et personnaliser votre expérience utilisateur.  Il peut aussi inclure des cookies de tierces parties comme Google Analytics ou Youtube. En utilisant ce site, vous consentez à l'utilisation de ces cookies. Cliquez SVP sur le bouton pour lire notre politique de confidentialité.